Maison Magazine, juillet 2008, p1, (texte).
voir le facsimilé

♦ balade
C’est une pointe au bout du bout (Finistère signifiant «fin de terre»), mais elle fait des vagues cet été de Brest à l’aberWrac’h.
Carnet d’art de vivre côtier, en quatre étapes.

Cabotage
autour de la mer d’Iroise

Texte et photos Anne-Laure Murier

BREST «MÊME», COMME ON DIT ICI ! Pour poser l’ancre, la rue de Siam est idéale. Remis à neuf, l’hôtel Océania offre un confort sobrement design et jouxte l’adresse gastronomique branchée du moment : le Nautilus et sa cartemarine. Dans cette percée centrale, ponctuée à mi-hauteur par les sept fontaines modernes de Martha Pan, sont également basés deux bastions du bon goût brestois : Histoire de chocolat, qui magnifie le miel ouessantin, et l’exotique Comptoir Kerjean, qui fait perdre la boussole entre sa liqueur au ginseng pêchée en Corée et ses raisins de table au brandy Toschi. Du bon et du beau, c’est l’alchimie raffinée dont régale la boutique Tôt ou Tard, derrière les proches halles Saint-Louis. On craque autant pour ses sucres parfumés (coquelicot, pistache, épices orientales…) que pour ses rillettes de berniques ou le carpaccio de truffes : heureusement que les cabas La Marelle et Sidebag sont là pour tout emporter ! À la perpendiculaire, La Patine est une autre porte à franchir. Dans ce dépôt-vente intimiste, la propriétaire vend consoles en fer forgé et commodes ressuscitées par ses soins, à côté d’arts de la table. Perpétuant sa douceur de vivre depuis l’avant-guerre, dans le haut Brest, le quartier Saint-Martin a des airs de village, à l’écart de la commerçante rue Jean-Jaurès. Derrière les halles qui s’animent tous les jours, La Muse Vin est un bistrot-cave couleur framboise écrasée et absinthe, aux places convoitées. Bruno y concocte une ardoise inspirée du marché du jour et propose des vins bio. Sur la même place se tient, chaque deuxième samedi du mois, un marché aux puces. Enfin, le Centre d’art Passerelle, implanté dans une ancienne friche industrielle, mérite le coup d’oeil, ne serait-ce que pour son architecture : 4 000 m2 de volumes exceptionnels, construits suivant la technique du béton précontraint. Reste à se laisser dériver jusqu’à la rade de Brest, que surplombe le château. À ses pieds sont stockées les curiosités marines de La Vie de château, «ni boutique ni magasin, un lieu différent où viennent se reposer des objets de voyageurs avant de repartir dans d’autres rêves», apprécie Olivier de Kersauson. Entre un fauteuil de pont en palissandre et une commande de bord en teck, on aime aussi ces jumelles de passerelle qui n’exigent aucune mise au point, baignées dans une odeur de cire et d’huile de calfeutrage. Quelques volées de marches,et voilà les docks ! Ambassadrice de Brest et portant le nom de son plus célèbre quartier, la Recouvrance est la réplique d’une goélette de 1817 qui propose des sorties toutes voiles dehors avec participation à la manoeuvre, dans la rade et ses alentours.

♦ Océania : 82, rue de Siam. Tél. : 02 98 80 66 66. ♦ Histoire de chocolat : 60, rue de Siam. Tél. : 02 98 44 66 09.
♦ Comptoir Kerjean :79,rue de Siam.Tél.:02 98 44 36 71. ♦ Tôt ouTard :49,rue de Lyon.Tél.:02 98 80 14 21.
♦ La Patine :1,pl.Saint-Louis. Tél.:02 98 46 67 15. ♦ La Muse Vin :10,rue Charles-Berthelot.Tél.:02 98 33 38 03.
♦ Centre d’art Passerelle :41,rue Charles-Berthelot. Tél. : 02 98 43 34 95.
♦ La Vie de château : 3, bd des Français-Libres. Tél. : 02 98 44 97 36. ♦ La Recouvrance, tél. : 02 98 33 95 40.