Télégramme, Version Maison, décembre 2011, p4, (texte).
voir le facsimilé

CHARMES DIVERS.

Si le décor de l’hôtel affiche une grande cohérence et une continuité de style, cela n’empêche pas chacune des chambres d’afficher ses différences. Elles ont toutes un charme particulier et dégagent une atmosphère bien à elles. Ainsi sous la charpente et les lambris beiges des Platresses règne une sérénité monacale relayée par la douceur des murs de pierres apparentes. Tandis que les tons marron chocolat et la blondeur du chêne clair naturel de la Louve invitent au cocooning. Comme la Petite Vinotière, La Grande Vinotière est habillée d’acajou de lambris blanc, une invitation à un voyage immobile tout autour du monde.

SALLES DE BAINS OUVERTES

Autre particularité de l’hôtel, dans les chambres, les salles de bains ne se cachent pas derrière d’aveugles cloisons. Au contraire, elles contribuent à créer l’ambiance. Ouvertes, épurées, par le jeu des matières, des couleurs et des formes, elles sont le prolongement naturel de la chambre. Une suite logique, une continuité de style où seule une claustra légère ou une variation dans le sol délimitent l’espace.

TRAVAIL DU BOIS

Le bois est au premier plan dans toutes les chambres. Il est mis en valeur par un travail d’ébénisterie particulièrement soigne=é qui fait ressortir sa beauté naturelle. Dans cette mise en œuvre apparait tout le savoir faire de Michel Tromeur. On peut admirer la beauté sobre et la qualité de son travail dans les agencements ingénieux et élégants, la légèreté des claustras, la sobriété du mobilier et des têtes de lit, l’équilibre des panneaux persiénnés ou à clins, ou encore dans les volets intérieurs qui habillent toutes les fenêtres et dont l’essence et le dessin s’accordent à ceux des boiseries de la chambre.